An interview with designer Alex Berry

 

alex

If you asked me what my favorite release was last year i will quickly tell you High Treason. This game is just the perfect balance of back and forth struggle for a two player game. Recently i had the opportunity to talk to Alex Berry about it.

This is one of the most unique themes I have come across in a game. How was it chosen?

I thought of doing a trial game with the key mechanic of jury selection. Having a 12 person jury would be too onerous for gameplay mechanics, so I wanted to pick a jury trial that had less than 12. Louis Riel’s seemed to fit the bill the best.

How long did it take to gather all the information and fact check each of the character cards?

cardI had been working on the design since 2012. I read through the entire trial transcripts to determine the cards. Other secondary research occurred. finding the photos was the hardest and there was a lot of help from various sources.

Was there a mechanic you really wanted in the game but just could not get to work out?

Not really, I’m very satisfied with how the game turned out. I’ve other mechanics for other games.

I have watched several of your videos. I really enjoyed your “Top 5 Underrated Games” segment. What would be your #1 game from 2016 in that category?

I can’t pick my own, lol, I’d say Forged in Steel. It also does unique things with the CDG mechanic. A lot of strict Euro players don’t like it and it has taken some heat, but it is really a brilliant game that underwent a lot of playtesting (I know ’cause I was a playtester on it) and that forged a great game.

Do you have any other games in the works?

Yes, I’m currently working on 3 different games, all in various stages of design. Furthest along is a game on the Presidential Election of 1824, a game on the Nuremberg Trials, and one on the Impeachment and Trial of Andrew Johnson in the Senate.

Finally, what is a game that you love that we may have not heard of?

to
I’d say Tim Taylor’s To the Last Man. I’m the opposite of a Euro player, to me the mechanics need to invoke the feel of the theme and To The Last Man does that Brilliantly. I feel like I’m Falkenhayn; Yes I’m suffering terrible causalities, but I’m bleeding the enemy white at a faster attrition that I myself am taking, and that’s how I’m going to win the war. It also employs hidden information extremely well which is another favourite mechanic of mine, as you observe by the jury selection process in High Treason.

Old School Cool : Acquire

Dans le monde du jeu, Sid Sackson est surnommé Plastic Sackson en raison de l’utilisation intense de plastique dans ses composantes.

Acquire est un jeu de 1964 qui fut édité par 3M (oui oui, la même compagnie que les Post-It), Avalon Hill, pour ensuite tombé dans l’oubli (presque 10 ans entre 2 éditions) pour revenir sous la marque Avalon Hill, maintenant acquise par Hasbro.

C’est un jeu d’économie, de gestion de main et de placement de tuiles qui reste encore pertinent malgré sa longue histoire.

IMG_2377

Le jeu contient:

  • Un plateau de 9 x 12 tuiles (numéroté de 1-A jusqu’à 12-I)
  • 108 tuiles de jeu (de 1-A jusqu’à 12-I aussi)
  • 7 tuiles Hôtels
  • 175 Actions d’Hôtels (25 Actions pour chacune des 7 Hôtels)
  • Argent en papier de 4 dénominations (100$, 500$, 1000$, 5000$)
  • Instructions

Chaque joueur reçoit 6000$ au début et pige une tuile et la place. Celui qui l’a placé le plus près du coin 1-A sera le premier joueur. Par la suite, chaque joueur pige 6 tuiles.

Le déroulement d’un tour est extrêmement simple:

  • Le joueur place une tuile sur le plateau.
  • Si le placement de cette tuiles crée un espace de 2 tuiles ou plus, une nouvelle chaîne d’hôtels est crée. Le joueur choisi parmi les Hôtels disponible et reçoit une action de cette chaîne.
  • Le joueur peut ensuite acheter de 1 à 3 actions de n’importe quelle chaîne présente sur le plateau à ce moment. Le prix de chaque action est basé sur le nom de la chaîne et l’espace occupée par celle ci.
  • Le tour se termine par la pige d’une nouvelle tuile pour ramener le compte à 6.

Il est possible que le placement d’une tuile fait en sorte que 2 chaines se touche. À condition qu’au moins un des 2 espace occupé soit inférieur à 11, il y a une fusion! La plus petite des chaînes se voit absorber par la plus grosse. Tout les joueurs doivent montrer combien d’action ils possèdent de la chaîne défunte. Un bonus est accordé au 2 joueurs qui en ont le plus. Les joueurs ont ensuite les options suivantes:

  • Vendre leur actions en fonction de leur valeur courante.
  • Échanger à 2 pour 1 pour des actions de l’Hotel qui survit.
  • Les garder tout simplement.
  • Une combinaison de ces 3 options.

À mesure que la partie avance, certaines chaines deviennent trop grosse pour fusionner. Dès qu’un Hotel occupe un espace de 11 tuiles ou plus, il est déclaré sauf. Il peut encore absorber de plus petits Hotel mais ne peut être absorbé. Cette règle rend donc certaines pièces impossible à jouer et elles sont enlevées au fur et à mesure.

La partie se termine lorsque toutes les chaines occupent plus de 11 tuiles ou un Hotel occupe plus de 41 tuiles.

Les bonus d’action sont ensuite distribué et chaque joueur revend ses actions au prix courant. Le joueur avec le plus d’argent est le vainqueur.

Exceptionnellement, mon commentaire personnel sera en 2 partie aujourd’hui:

  1. Il existe 13 édition anglais d’Acquire. Certaines ont une qualité de composantes exceptionnelle pour l’époque (les éditions faites par 3M des années 60-70 sont faites pour durer 50 ans est plus) et d’autre encore mieux (l’édition Avalon Hill de 1999 est l’exemple parfait de ce que le nom Avalon Hill pré-Hasbro représentait).

    L’édition 2008 n’a d’impressionnant que le temps entre cette édition et l’édition précédente, en 1999. Des tuiles en carton d’une épaisseur ridicule. On est loin des tuiles de Carcassonne. Le jeu tout entier a l’air misérable et n’a survécu que par sa lignée qui lui donne quand même 53 ans.

    Et l’édition 2016 elle? Parlons-en justement. Une qualité qui rappelle l’édition 1999, mais avec un plateau de 10 x 10 au lieu de 9 x 12 et les Hôtels qui changent de noms (pour faire plus moderne peut-être?). Je ne comprend aucunement la décision de changer le format du tableau. Le plateau d’une des plus anciennes version représente une mappemonde et c’est pour cela que je crois que la nouvelle édition aurait du garder le plateau avec les dimensions originales.

  2.  J’adore Acquire même si je suis horrible et que je ne gagne jamais (littéralement jamais!). C’est un jeu qui est facile à apprendre mais qui reste stimulant à mesure que la partie avance. Agrandir un Hotel, en commencer un autre, jouer une tuiles plus loin pour une expansion future, etc. Chaque décision doit être réfléchie pour essayer de maximiser son argent et ses action. Malgré son age, c’est un jeu qui mérite d’être essayé par tout le monde.

Bref, trouvez vous une copie et essayé ça!

Meet the new blog, same as the old blog

“There’s Mistaken Point, Newfoundland.
There’s Moonbeam, Ontario.
There are places I’ve never been,
and always wanted to go.”
Fly – The Tragically Hip

 

Thank you for stopping in. My name is James Freeman and I am the new blogger for to die for games. Before I get into my intro, I just want to say what a great job Halden did with this blog. I’ve told him that he is welcome to come back and post on the blog any time he wants. I really enjoy reading his reviews and hope to play some games with him some day in the future.

So I thought I’d tell you all a bit about myself. I live just outside of Buffalo, NY,  but I like to think I am Canadian by osmosis. I grew up watching Mr. Dressup and the game show Definition. I watched Coaches Corner every chance I got. I love SCTV and Kids In The Hall. Every major concert I have experienced has been in Toronto (my musical idol, Elvis Costello, who I met at CFNY, the first Foo Fighters club tour, Lolapalooza 91, The Residents, Gorillaz, the list is endless).

 

Does this matter when it comes to my gaming? Probably not, but it matters to me. Not only do I get to blog about my favorite thing in the whole world, but with To Die For Games being based in Canada I get to give a little bit of entertainment back to a culture that gave me so much.

 

As a gamer I am not generally “Cult of the New” when choosing what I play,  but I promise to play and review as many games on “The Hotness” as I can reasonably get to. Between myself and those in my various play groups I have access to thousands of games both old and new, so if there is something specific you want reviewed just drop me a line and I’ll see what I can do. On my former blog (dadmostlyloses.com) I also loved to do interviews with publishers and designers, so I’m also very open to suggestions for new people to track down and speak with.

 

I truly am grateful for the opportunity to go on this journey with you, and I can’t wait to get started.

 

Le jeu se déroule.
gentlemen

Dwar7s Fall: Les 7 nains vont au boulot.

Blanche Neige est tombée seulement sur UN groupe de nains…

Dwar7s Fall (non non, pas de faute ici) et un jeu de Luís Brüeh (design ET art) publié par Vesuvius Media en 2017. Ceux qui l’ont “backé” sur Kickstarter ont reçu leur jeu au début du printemps.

C’est un jeu de type “set collection”, placement de tuiles et de travailleurs. Les joueurs tentes de se préparer à l’hivers qui approche en atteignant le plus de buts possible avant les autres.

IMG_2374

Le jeu contient:

  • 36 cartes Royaumes
  • 10 cartes Buts d’échange
  • 7 cartes Buts secret
  • 34 cartes Joyaux
  • 13 cartes Ogres
  • 28 nains (meeples nains? Naiples? Je sais pas) – 7 de chacune des quatre couleurs

Chaque tour se divise en 3 phases:

  1. Actions: Chaque joueur peut faire 3 actions par tour (4 si leur château est en jeu). Les actions sont : jouer une carte Royaume, placer un nain ou déplacer un nain. Les 3 actions peuvent être n’importe quelle combinaison de ces 3 options (placer 3 cartes, placer 2 nain et en déplacer un, etc).Placer une carte Royaume: la carte doit être adjacente à une autre carte valide. Elle sert à agrandie votre royaume et habituellement rajoute une activité que les nain peuvent accomplir.

    Placer et déplacer un nain: chaque carte Royaume a un certain nombre d’espace pour des nain dessus. Le but est de remplir ces cartes de vos nains pour qu’ils accomplissent l’action. Les nains doivent se déplacer vers une carte adjacente si déjà sur le jeu sans pouvoir passer à travers les murs.

  2. Résolution: Si une carte contient le nombre de nains requis pour un action, elle est résolue et les nains retournent dans votre réserve.
  3. Défausse: Un joueur ne peut pas avoir plus de 9 cartes dans sa main, toute catégorie confondue. Si un joueur en a plus, il doit en défausser jusqu’à en avoir 9, sauf qu’il ne peut pas défausser une carte Royaume.

La partie se termine quand un joueur réussi à obtenir 3 buts (secret ou d’échange) et que tout les joueurs ont eu le même nombre de tour. Les points de victoire sont calculés (les cartes Royaumes placées, les joyaux, les buts, etc. Presque tout vaut des points) et le joueur avec le plus de points gagne.

Je suis tombé en amour avec ce jeu sur Kickstarter en raison de sa direction artistique (oui, c’est très facile de juger un livre par sa couverture sur KS). J’aime tout ce qui est un peu “cartoony” mais avec qui démontre quand même un travail de qualité. Et heureusement ce n’est pas sa seule qualité!

En fait, Dwar7s Fall peut être joué de 2 façons: en restant chacun de son coté et ou pas. Rester de son coté est une bonne méthode pour apprendre le jeu, mais pas la meilleure manière d’avoir du plaisir. Le jeu prend tout son sens quand on réalise qu’on peut mettre nos nains sur les cartes des autres joueurs! On peut autant aller bloquer une grosse action d’un adversaire que d’utiliser une des actions qu’on a pas encore mis dans notre royaume à nous.

Le jeu dure de 30 à 40min, dépendamment du nombre de joueurs. Sa durée fera que vous voudrez y rejouer une deuxième ou troisième fois pour vous faire oublier un coup un peu chien que votre ami vous aura fait à la fin de la partie.

Je recommande fortement à ceux qui aiment les jeux de placement de travailleurs sans pour autant devoir y mettre 2-3 heures pour une partie.

Munchkin X-Men

Munchkin is a divisive game. It’s massively popular, it generates endless piles of money for Steve Jackson games yet many people in the hobby hate the game. They absolutely hate it. I am not one of those. 

The X-Men edition of the game is put out by USAopoloy under license from Steve Jackson games and Marvel. The game and its content will be familiar to most who have played any version of Munchkin but lets take a deeper look. 


Gameplay

The basic play is the same for any version of munchkin. Kick open a door by drawing a door card. Fight the baddie and gain levels and/or loot. The first player to get their student of the Xavier school to level 10 of the education is the winner. 

The baddies in the game will be familiar to most comic book fans as will the Allies that the students can pick up along the way.  Players can also improve their students powers by playing student powers which get stronger as the student gets to higher and higher levels. 

One unique feature of this munchkin game is the character cards. Each student character has unique abilities that can be used throughout the game unlike regular munchkin where everyone is exactly the same at the beginning of the game this gives a little variety. 

Components

The artwork throughout the game is really good. It’s bright, colourful and features all the characters that one would want in an x-men game. 

The cards and player cards aren’t thick linen finished cards but that isn’t what anyone is looking for from a munchkin set. The cards are perfectly serviceable. 

Conclusion

The gameplay will be instantly recognisable to anyone that has played munchkin but I think it brings enough new to the table to be interesting. I don’t think this game will convert any haters but I enjoyed it and think it’s an excellent addition to the family. 

Old School Cool : Can’t Stop

Sid Sackson est un des auteurs de jeux de société les plus prolifiques mais son nom semble de moins en moins connu parmi les nouveaux joueurs.

Can’t Stop est jeu du style “Pousse ta chance” publié en 1980 (plus vieux que moi!) par plus d’une dizaine d’éditeurs a travers les années, en passant de Parker Brother jusqu’à Eagle-Gryphon, en passant par Ravensburger et Asmodée.

Le jeu représente l’archétype du genre en le réduisant à son plus simple appareil.

IMG_2355[1]

Le jeu contient en général, dépendamment de l’édition:

  • Un plateau de jeu en forme de panneau de signalisation
  • 44 jetons (11 x 4 couleurs)
  • 3 jetons blanc
  • 4 dés

Le jeu ne nécessite aucune mise en place. On a simplement à mettre le plateau de jeu sur la table, donner les jetons d’une couleur à chaque joueur et choisir le premier joueur.

À chaque tour, le joueur reçoit les dés et les jetons blanc. Il roule les dés et les met en paires: il place un jeton blanc sur le plateau sur les chiffres qui représente la somme de chaque paire. Exemple: les dés tombent sur 1, 3, 5 et 6. Le joueur peut choisir de mettre un jeton blanc sur 4 et 11, 6 et 9 ou bien 7 et 8. Le tour continu avec un autre lancé de dé, qui va permettre de placer le troisième jeton blanc.

C’est à partir du troisième lancé que ça se corse. À partir de ce moment, chaque nouveau lancé doit contenir au moins une combinaison de dés faisant la somme d’un des trois chiffre avec un jeton blanc. Tant que c’est possible, le joueur fait monter le jeton blanc d’un espace vers le haut.

Et chaque lancé rend la décision de plus en plus dure:

  1. Le joueur décide d’arrêter et place un jeton de sa couleur sur les espaces où les jetons blanc se sont rendu. Il pourra ensuite continuer à partir de la au prochain tour.
  2. Continuer! “Juste une fois encore…”. Pour chaque lancer réussi, les jetons blanc montent et tout va bien, jusqu’au moment où il est impossible de faire une paire valide et le joueur perd tout les progrès du tour.

Lorsque qu’un joueur réussi à atteindre le sommet d’un chiffre (et terminé son tour avant de tout perdre), il met le jeton de sa couleur directement sur le chiffre et le bloque complètement: ce chiffre n’est plus disponible pour le restant de la partie.

Le premier joueur à couvrir 3 chiffres gagne.

Can’t stop est un jeu familial que j’aime beaucoup. Il est simple à explique, ne nécessite aucune lecture (autre que les règles) et permet au jeunes enfants d’en apprendre un peu plus sur les probabilités. J’adore l’apparence du plateau. Pour un jeu techniquement abstrait, le panneau d’arrêt fait très thématique.

C’est un jeu qui se doit d’être dans la collection de chaque joueur quand on sait l’impact que Sid Sackson a eu sur les jeux de société (sa page sur BGG: Ici!).

Thanks for reading

I have been struggling to keep pace with getting enough plays to give thoughtful reviews and managing the life of a father of 3 busy kids. Unfortunately something had to give and it’s writing for this blog. I have really enjoyed creating the content I have here and i hope you continue to follow the rest of the To Die For crew on YouTube, Twitch, and twitter. 

I will be posting one last review tomorrow and then I will take my leave. 

Thanks for reading my thoughts. 
Halden